Non, examens, vous ne nous gâcherez pas la vie

On aurait bien procrastiné encore un peu, mais le mois de mai et ses sympathiques échéances/révisions arrivent toujours trop tôt. On ne sait pas trop pourquoi, mais chaque année il parvient à nous surprendre (si seulement nos petit(e)s ami(e)s pouvaient faire pareil!). Mars, avril: on pense avoir le temps, on révise vaguement une heure par jour en pensant avoir accompli quelque chose de grand… quand soudain on se retrouve au premier mai, à un mois des examens, les cahiers vides et l’esprit déjà tourné vers la plage et les marques de maillots de bain. Si le déni est pratique quand il s’agit d’éviter toute pensée touchant aux examens, c’est parce que l’on connaît d’avance tout ce qu’ils vont nous prendre: nos journées, nos neurones, nos heures de sommeil et notre amabilité. Pour dire STOP à tant d’hostilités, Evasions vous donne quelques alliés à soigner durant les révisions. Leur missions: éviter de vous laisser moisir sous vos classeurs durant le mois à venir. Adieu les larmes, bonjour la productivité: c’est tout ce que je vous (nous) souhaite.

Allié n°1: les pauses

Durant le marathon des révisions, il est parfois difficile de s’arrêter, tant notre planning nous hante et va jusqu’à s’immiscer dans nos cauchemars. Mais s’il y a bien une chose qu’il ne faut en tout cas pas négliger, ce sont bien les pauses régulières et efficaces. Vous êtes déjà au courant, nous le sommes tous, mais elles sont souvent les premières à passer à la trappe à la veille de l’échéance. Grosse erreur! Obligez-vous à prendre un minimum de répit lorsque vous commencez à ne plus voir clair, lorsque vous lisez 40 fois la même ligne ou que votre cerveau ne veut plus enregistrer. L’épuisement est bien pire que 30 minutes d’aération! De notre côté, on aime:

La pause sportive. Durant les révisions d’été, aucune excuse n’est valable (si ce n’est la grêle) pour ne pas sortir prendre l’air et faire quelques minutes de sport. La corde à sauter, le jogging, le beach-volley: trouvez ce qui vous motive et faites-le. Vous pourrez alors continuer de manger des plaques de chocolat réconfortant et trouverez le sommeil beaucoup plus facilement.

La pause shopping. Je ne sais pas si c’est également votre cas, mais faire les boutiques en période de stress est une des seules choses qui réussit à me faire réellement déconnecter, l’espace de quelques instants. Remplir sa garde-robe estivale vous donnera très probablement plus de satisfaction que 50 pages apprises par coeur; autant en profiter le temps d’une pause.

La pause télé. Cette petite dernière se laisse apprécier avant le coucher, pour éviter de rêver équations et définitions indigestes – rien de plus désagréable que de se réveiller en ayant l’impression d’avoir dormi avec son ordinateur. Octroyez-vous 45 minutes dans l’hôpital de Grey’s Anatomy ou dans la cafet’ de la prison d’Orange Is The New Black. C’est toujours moins flippant que la salle d’examens. Et pendant la journée, les épisodes de 20 minutes de séries comme New Girl peuvent aussi aider à faire le vide sans perdre trop de temps d’étude.

Allié n°2: la musique 

20h, samedi soir. Vous êtes condamné(e) à passer votre soirée en bibliothèque pour emmagasiner un million de cartes remplies de définitions d’ici lundi matin 8h. Ne vous résignez pas à affronter ce moment glauque seul, ce serait bien dommage. Sautez sur Spotify, Youtube ou Soundcloud et accompagnez vos révisions d’une liste de lecture de circonstance. Personnellement, j’évite les musiques avec des paroles: elles sont toujours le prétexte parfait pour ne plus se concentrer sur ses feuilles.

Vous avez sommeil? Optez pour des morceaux rythmés qui vous donneront le sentiment d’être rapide dans votre apprentissage (même si ce n’est pas le cas). Par exemple, savourez ce set du berlinois Alle Farben:

Vous êtes au contraire trop énergique, voire stressé(e) par la quantité de notions à intégrer ? Un nombre incalculable de listes de lecture relaxantes ou tout simplement sobres et calmes existe, notamment sur Spotify dans l’onglet Focus. La liste Deep Focus est celle que je préfère. Des sons atmosphériques (comme ils sont désignés) viennent se mêler à d’envoutantes pièces de piano.

Allié n°3: votre smartphone

A première vue, s’éloigner des technologies semble être la meilleure façon de détendre nos connexions nerveuses après des heures d’études. Mais parfois, le smartphone peut être bien utile quand il s’agit de décharger notre mémoire déjà bien pleine ou de s’évader l’espace de quelques minutes. Voici quelques applications qui valent le téléchargement:

Au niveau des apps d’organisation, nous vous conseillons Agenda Etudiant sur Android et Planning Scolaire sur iPhone. Elles demeurent pratiques pour organiser au mieux son emploi du temps compliqué des grosses périodes. N’oublions pas que bien gérer son planning, c’est déjà un bon pas vers le succès.

Evernote. Disponible sur Android et iPhone, cette application permet de créer des documents, comme sur Word. Par une simple synchronisation par Internet, vous pouvez ensuite y accéder sur tous vos terminaux (ordinateur, tablette, smartphone). Parfait lorsque l’on désire vite relire ses notes dans le bus avant l’examen!

Zenfie. Si vous êtes ouvert(e) à un peu de méditation lors de moments de panique, essayez cette app (disponible sur Android et iPhone). Elle offre une découverte de la méditation en 10 minutes par jour, pendant 10 jours. Allez, 10 minutes c’est rien; et se recenter sur soi-même peut avoir plus de bienfaits qu’on ne le pense.

Vous n’êtes pas branché(e) musique pendant que vous étudiez? Essayez les sons de la nature. Un bruit de fond sur mesure peut aider à la concentration. Pour Android, je recommande vivement Rain Sounds. Vous pouvez y choisir votre « pluie préférée » – oui oui, il existe plusieurs types de pluie -, la durée du son et même le nombre d’éclairs désiré (au moins avoir ce luxe quand on révise, non?). Des applications similaires existent pour iPhone.

Agathe