Alfred Hall: une dreampop venue du Nord

IMG_0595

Ils s’appellent Hans Thomas et Bjørn. Rien qu’à la lecture de leurs prénoms, on sent déjà un doux vent du Nord nous caresser les oreilles. Un vent de Norvège, pour être précise. Car si ce pays nous évoque souvent les fjords et leurs cabanons aux couleurs délavées (voire le prix exorbitant de ses alcools, pour les plus fêtards d’entre nous), on le sait moins, la Norvège a aussi un magnifique paysage musical à offrir.

Non, je ne pensais pas à ce petit rigolo et son violon qui ont gagné l’Eurovision en 2009, mais bien au duo Alfred Hall et sa remarquable dreampop. Encore assez peu connu sous nos longitudes helvétiques, j’ai découvert son existence par le biais d’un collègue de classe à l’oreille affûtée. Autant dire que j’ai tout de suite été séduite par les vibes positives, aériennes de leur titre-phare, Safe and SoundLa mélodie est entraînante, certes, mais elle garde une sorte de naïveté et une onde de mystère pour un résultat franchement charmant. On croirait presque entendre la bande son d’une balade en forêt, avec les rayons du soleil qui jouent à cache-cache entre les branches et le pépiement des oiseaux tout autour (oui oui, on peut le dire, je suis inspirée). 

10847269_774676332619799_5767083317469223422_o
Facebook/Alfredhall

C’est d’ailleurs dans les champs qu’a commencé l’aventure Alfred Hall. Les deux comparses, amis de longue date, commencent à composer en 2009 alors qu’ils s’activent à la ferme de Hans Thomas. « On écoutait de la bonne musique en travaillant et on a commencé à faire des reprises dans notre temps libre. Puis on a fini par en écrire nous-même et terminé notre première chanson à l’automne», m’explique Bjørn, l’auteur de toutes les paroles et mélodies. Le nom Alfred Hall leur a même été inspiré par un ancien travailleur de la ferme, qui aurait jadis charmé les demoiselles avec sa guitare. Quant à nos deux jeunes musiciens, je peux sans peine les imaginer, un brin de foin en bouche, gratter quelques accords sous le soleil d’août (il peut y faire jusqu’à 30°C en Norvège!…mais je m’égare).

Leur premier (et pour l’instant unique) album sorti en 2013, Wilderness, en porte d’ailleurs la trace: beaucoup de ses textes évoquent la nature, les paysages, un voyage (intérieur, aussi). Et toujours avec cette pop-folk rêveuse qui les caractérisent: des voix réverbérées, presque des chuchotements, une instrumentalisation légère, des rythmes chill sans être traînants. Si cette modération pourrait en frustrer certains, la quasi-intégralité des morceaux a réussi à m’envoûter sans me lasser. Car chaque titre semble avoir son petit je-ne-sais-quoi qui fait siffloter et tapoter des doigts de pieds.

(So bright, l’un de mes titres favoris)

Si Bjørn a choisi la langue de Shakespeare pour ses compositions, ce n’est pas tellement que le norvégien, ce n’est pas mélodieux (ça, c’était mon hypothèse), mais plus une question d’éducation musicale : « Mes parents écoutaient des artistes comme The Kinks, Jimi Hendrix, Neil Young, Simon & Garfunkel. L’anglais, c’était juste naturel. Mais évidemment, c’est aussi pratique de pouvoir atteindre les gens en dehors de la Norvège, et on aime bien voyager ! ». 

Sur les photos, Hans Thomas et Bjørn affichent des sourires craquants (pour vous mesdemoiselles), et un petit côté étudiant hipster-branchouille pas totalement fortuit: le premier est en école d’ingénieur et le second en médecine. Du coup, les notes de cours passent pour l’instant avant celles de guitare. Pourtant, Bjørn aspire à inverser cet ordre des priorités« je crois que nous voudrions tous les deux essayer de faire de la musique à plein temps, mais nous n’en sommes juste pas encore là pour l’instant ».

Alfred Hall London
Images-4u.co.uk

Entre les festivals et les examens, le duo trouve tout de même le temps de fignoler son prochain EP. Leur nouveau single, The King of Cape, sorti il y a quelques semaines, raconte «comment on peut un jour avoir été important, puis vite oublié». On y retrouve, sans grande surprise, la patte pop-atmosphérique des Norvégiens. «J’ai fait un peu plus d’expérimentations avec les chansons écrites récemment. Je me réjouis de voir comment elles donneront en studio», précise Bjørn. 

Qui sait, peut-être les futurs compagnons de vos promenades estivales. Que vous passerez à arpenter les fjords norvégiens…ou les campagnes romandes. La tête dans les nuages et du rêve dans les oreilles.

Virginie