Un café avec Sonia, alias Toucequibrille

DSC02755

Youtube, le Walk of Fame de la sphère digitale : une plateforme gigantesque, pleine de promesses d’avenir, qui accueille chaque candidat à bras ouverts sans lui faire passer d’audition. Car dans l’univers des vlogs, des abonnés et des DIY, il revient uniquement au public d’élire les stars. Rôle que ce celui-ci se fait une joie d’endosser, au moyen de clics passionnés. Peu à peu, le nombre de chaînes devient massif et le rêve de trouver sa place dans cette marée peut sembler aussi inatteignable que celui de graver son nom sur le trottoir le plus étoilé d’Hollywood. Cela n’empêche pas de nombreux ambitieux de se lancer. Et de réussir.  

Cette semaine, Evasions a dégusté un café en compagnie de la pétillante Sonia, créatrice de la chaîne Toucequibrille. À l’aube d’une belle carrière sur Youtube, c’est avec beaucoup de fraîcheur qu’elle nous a parlé de ce début sur la plateforme tant adulée. L’occasion de relever des sujets auxquels on ne pense pas toujours.

Untitled

Elle s’installe dans sa chambre, devant sa caméra, comme elle s’installerait devant un groupe d’amis. Un maquillage neutre, toujours quelque chose à dire, et l’appareil s’enclenche sur un radieux sourire des plus sincères. « Vous êtes les bienvenus dans ma chambre ! » Cette phrase prononcée spontanément au moment de filmer sa toute première vidéo est simplement devenue une habitude, sans qu’elle puisse vraiment l’expliquer. Inutile de chercher la trois-cent-cinquantième recette de « detox water », ou l’énième idée de repas « healthy » : chez Toucequibrille, on préfère les chocolats chauds débordants de marshmallows, de chantilly et d’éclats d’Oreo. Place également à une palette de couleurs vives, très loin du classique rose gold ou du pastel dont on commençait lentement à se lasser. Si ce sont les youtubeuses qui inventent les règles de leur plateforme, Sonia n’a pas hésité à composer les siennes. Sept mois d’économies afin de pouvoir s’offrir un appareil photo dernier cri. Ce sont les premières esquisses de la réalisation d’un rêve.

IMG_1083

Elle fait à présent partie des nombreuses youtubeuses francophones, mais Sonia se décrit avant tout comme une « abonnée. » Alors qu’elle étudiait dans la ville de Lyon où il lui arrivait de se sentir seule, elle trouvait du réconfort dans les chaînes de beauté qu’elle suivait assidument. « Ces filles qui postent régulièrement et qu’on retrouve une fois par semaine sur son écran deviennent peu à peu des visages familiers », me raconte-t-elle avec un sourire. Des amies virtuelles qui lui remontent le moral lorsqu’elle en a besoin. En déménageant au Royaume-Uni pour y poursuivre ses études, Sonia s’est enfin sentie chez elle. C’est alors qu’une question aussi simple que décisive s’est posée : « Pourquoi pas moi ? »

Avant tout, il a fallu trouver un nom pour sa chaîne. Quand je lui en demande la signification, elle n’hésite pas une seconde: « Le nom Toucequibrille représente un message que j’aimerais faire passer. Je pense qu’il faut travailler dur pour atteindre [ses rêves], pour atteindre tout ce qui brille. Si tu peux être créatif, sois-le. Si tu peux faire mieux, fais-le, peu importe le travail que cela demande. » Ah, et d’ailleurs, il y a une petite faute d’orthographe dans le nom… Sonia éclate de rire. « Oui, tout le monde me le fait remarquer, ils me disent « Mais Sonia, qu’est-ce que tu as fait ?! » Cette faute est volontaire : j’ai enlevé le t intentionnellement pour montrer que même s’il nous manque encore des éléments, [même si la route est incomplète], il ne faut jamais abandonner. »

image de profil 2 Toucequibrille

Abandonner ? Il ne semble pas que cette notion existe dans l’esprit de cette jeune femme pleine de vie. Capable de passer une vingtaine d’heures sur une vidéo, elle travaille à créer un contenu original qui lui ressemble. « J’essaie de produire des vidéos que j’aurais moi-même envie de regarder. Si je ne suis pas heureuse, je n’en vois pas l’intérêt.» Ce qui la démarque par-dessus tout selon elle est le mélange de deux cultures qui lui tiennent à cœur. Née en France et d’origine africaine, elle tente de combiner l’un avec l’autre ; car elle ne serait pas qui elle est sans ce mélange qu’elle représente avec fierté.

La conversation devient plus sérieuse lorsque nous abordons la question de sa couleur de peau. « Quand tu es noire, je pense que tu dois travailler deux fois plus, explique-t-elle. Regarder une youtubeuse revient à s’y identifier. Par exemple, si elle a la même couleur de peau que toi et qu’un rouge à lèvres lui va bien, tu te dis automatiquement que tu devrais l’essayer aussi. Et cet aspect-là est peut-être un peu plus compliqué pour moi. » Malgré cela, il y a quelque chose pour tout le monde dans la chaîne de Toucequibrille. Quelque chose qui détruit les barrières ; il n’y a pas de barrières. Voir Sonia sous son casque chauffant (n’est-ce pas original ? Je veux le même qu’elle !) ferait sourire n’importe quelle fille. Nous avons toutes des cheveux dont nous voudrions prendre soin, nous avons toutes des lèvres que nous voudrions colorer. C’est aussi simple que ça. Peu importe d’où vient la Youtubeuse; si elle nous déniche le produit que nous cherchions en vain depuis des mois, nous avons subitement envie de lui sauter au cou. Sur ce point, Sonia n’est pas une débutante : elle possède une véritable fibre de conseillère, développée par des années d’expérience en tant que « grande sœur et grande cousine. » D’ailleurs, sa petite sœur lui tient parfois la caméra (une vraie pro) et imite secrètement certains de ses secrets de beauté…

miniature 1 miniature 2 miniature 8

Malheureusement, les débuts de Sonia sur Youtube ne sont pas toujours faciles. Elle a rapidement eu affaire aux « trolls » qui ont laissé sur sa chaîne des commentaires désagréables et même des propos racistes. « Dès que les gens sont derrière un écran, derrière un pseudo, ils se croient tout permis. » À présent un peu plus anxieuse lorsqu’elle poste une nouvelle vidéo, elle ne se laisse pas décourager pour autant. Elle est consciente que les commentaires négatifs et les « dislikes » font partie de l’aventure Youtube. « Quand tu t’exposes, tout le monde te regarde. Et certaines personnes peuvent être vraiment méchantes.» Tel est le risque que prend n’importe quel youtubeur au moment de créer sa chaîne.

L’anxiété et la pression du « like » sont néanmoins très loin de dépasser son envie de produire du contenu de qualité pour une audience qui grandit gentiment. Elle est impeccable jusqu’au bout des ongles et trouve qu’il est important de ne jamais paraître négligée devant la caméra. Son secret de beauté numéro 1 lors de ses tournages est d’ailleurs l’éclairage ; une jolie lumière du jour naturelle est tout ce qu’il lui faut. Et un grand sourire, bien sûr. Mais ça, ça va de soi avec Sonia.

Nous avons terminé notre café. Pour conclure, elle m’avoue : « On verra bien où ça me mènera, je ne sais pas si je serai encore sur Youtube dans cinq ans. » Elle sourit. « Mais je pense que oui. »

Ellen 

Vous pouvez retrouver le sourire de Sonia ici tous les dimanches.