Quand les légumes jouent aux féculents

IMG_2896

Sans chercher à perdre 10 kilos ni faire la peau aux calories, j’avoue qu’il m’est parfois difficile d’échapper au tumulte des conseils nutritionnels qui fleurissent sur Internet. On l’a déjà évoqué, chacun y disserte sur son régime comme s’il s’agissait d’une affaire d’État et qu’il détenait LA clé d’une alimentation saine (avec le corps de rêve en prime).

Si je ne compte pas me priver de mes chères boules de Berlin et autres chips Paprika, il m’arrive, dans mes bons jours, d’aspirer à me nourrir de manière un poil plus équilibrée. Quitte à me lancer dans des expériences culinaires inédites.

La dernière tendance dans le monde des food-istas, c’est les régimes dits « paléo ». C’est-à-dire se nourrir comme le faisaient nos ancêtres à l’ère paléolithique, il y a environ 100’000 ans. Bon, on ne vous demande pas de chasser le lapin du voisin pour le tuer à mains nues, mais plutôt de privilégier les fruits et légumes, la viande et le poisson aux féculents, que les chasseurs-cueilleurs ne mangeaient pas à l’époque. Une histoire de patrimoine génétique, paraît-il (pour les curieux, plus d’infos ici).

jackchadwick.wordpress.com
jackchadwick.wordpress.com

Le problème, c’est que ces-dits féculents ont pris une place importante dans notre alimentation moderne, en particulier la mienne. Le pain, les pâtes, le riz, des classiques dont je me verrais mal me passer. Mais Internet, comme toujours, a la solution en proposant de remplacer les féculents par des légumes dans nos plats quotidiens. J’ai donc décidé (plus par curiosité que par conviction) de tester deux recettes « paléo-friendly ». Les voici:

Test 1: Les « Zoodles » à la tomate
IMG_2934

Fusion de « Zucchini » et de « noodles », ce plat est l’un des plus connus chez les amateurs du genre. Etant moi-même une accro à ces petites merveilles italiennes (je peux en manger des quantités pharaoniques), j’avais hâte de voir si l’illusion serait totale. Et j’y ai associé une sauce tomate…eh bien, parce que c’est ma préférée, tout bêtement.

Avec:

  • Une courgette (si possible assez droite et large)
  • Des tomates cerises
  • Un oignon
  • Une sauce tomate (basique ou du genre Barilla)
  • Quelques feuilles de basilic
  • Des câpres (optionnel)

Pour transformer un petit légume sage en ribambelles de pâtes, il nous faut un ustensile. L’éplucheur à julienne est une option, mais les pâtes auront plutôt la forme de bâtonnets (j’ai testé, pas terrible). L’alternative méga-pro: le tourniquet à légumes de notre amie Betty Bossy (23.90chf, mais dispo à 10chf sur Anibis). Un côté de l’ustensile crée de larges boucles style tagliatelles tire-bouchonnées, et l’autre des filaments-spaghetti. J’ai choisi ces derniers.

Pour ce faire, il suffit de couper un bout du légume, le coincer dans la machine et tourner, tourner, et encore tourner. Dans le cas où vous attendriez 10 invités à dîner, prévoyez du temps (et quelques poignets de rechange)! Parfois, et c’est assez frustrant, les pâtes se cassent. Mais le résultat final n’est pas si mal!

Une fois que les zoodles sont formées, faites revenir les oignons (et de l’ail si souhaité) dans un peu d’huile et d’eau. Ajoutez les petites tomates et laisser cuire un moment à feu doux pour qu’elles ramollissent. Versez ensuite la sauce tomate dans la poêle (pas trop, j’ai eu la main un peu lourde…)

Parsemez de câpres si souhaité, et coupez le basilic en fines lamelles. Assaisonnez.  Versez les guirlandes de courgette dans la préparation, et laissez cuire quelques minutes (c’est la partie délicate: il faut goûter, pour éviter que la courgettes ne soit trop dure ou au contraire trop ramollo). Sortir du feu et servez…avec du fromage râpé, évidemment.

IMG_2955

Verdict: bon, qu’on se le dise, le palais ne se méprend pas: il ne s’agit pas de vrais spaghetti. La texture du légume est un peu plus fine et rigide que celle du blé. Mais la forme des courgettes, mélangées aux arômes qu’on associe le plus souvent à un bon plat de pâtes, donne quand même à la pasta-loveuse que je suis une certaine satisfaction. Et c’est carrément plus léger sur l’estomac. Hop, je me ressers sans y penser!

Test 2: Le chou fleu-riz aux champignonsIMG_2875

Du riz fait avec du chou-fleur: la recette est vantée par le chef Jamie Oliver, qui suit lui-même une alimentation paléo depuis plus de dix ans. Bon, si le célèbre cuisinier anglais le recommande, c’est que ça ne peut pas être complètement infâme, isn’t it?

IMG_2823

Avec:

  • Un chou-fleur de taille moyenne
  • Quelques champignons de Paris
  • Du lait de noix de coco

Commencez par couper le chou-fleur en gros bouts, puis envoyez-le dans le robot-batteur. Mixez pendant quelques secondes, jusqu’à ce que le chou soit réduit en grains (comme du riz. Logique).

Comme pour les pâtes, faites revenir dans une poêle l’oignon coupé finement, et ajoutez-y les champignons. Laissez réduire, puis ajouter les grains de « riz ».

Laissez dorer une minute ou deux avant de rajouter le lait de coco. Salez, poivrez, et saupoudrez un peu de gingembre et de cardamome (et autres épices si le coeur vous en dit!)

Pour éviter que le chou-fleur ne se ramollisse, je conseillerais de le sortir assez vite du feu. Et d’ajouter une petite feuille de persil sur le dessus, pour se la jouer Masterchef!

IMG_2882

Verdict: je suis agréablement surprise! Le look fait penser à un risotto, sauf que le chou-fleur n’est ni mou ni écœurant. Même si on ne pourrait probablement tromper personne, le subterfuge est assez réussi, puisque le goût un peu prononcé du légume est masqué par le lait de coco et les épices (ma soeur est discrètement revenue piquer dans l’assiette, ce qui est bon signe). Plus important: on a vraiment l’impression de manger un solide repas, pas juste quelques légumes qui se courent après. Privations du soir, au revoir!

Au final, malgré l’indéniable aspect chronophage (c’est vrai, verser un paquet de Farfalle dans de l’eau salée, c’est tellement plus rapide!) je trouve le concept assez ludique. D’autant que les possibilités sont infinies: des tagliatelles de carotte, des wraps en feuilles de salade, une pâte à pizza à base de courge…Sans en faire une religion, le concept paléo promet de belles découvertes, pour s’alléger l’estomac le soir ou épater les convives du jour. Alors, tentés par l‘opération veggies?

Virginie