Comment survivre aux trajets en train?

IMG_9531

« Ding ding dong… Entrée de l’InterRegio en direction de… » Vous y revoilà, sur ce quai n°3 que vous avez foulé des centaines, que dis-je, probablement des milliers de fois. Vous pourriez sauter dans votre wagon fétiche les yeux bandés et en courant si on vous le demandait, tant votre esprit a intégré le chemin. Secteur A, tout premier wagon, celui que les flemmards n’auront jamais le courage d’atteindre, mais dans lequel vous avez construit votre routine. Pas de jeunes avec du rap français en haut-parleur, pas de course scolaire, ni de groupe de copines hystériques s’apprêtant à faire les soldes dans la prochaine grande ville: la voie est libre. Vous y êtes un peu comme à la maison, en beaucoup moins cozy. Avant de vous asseoir, vous détectez les prises, vous cherchez une place pas trop proche de la porte et de ses va-et-vient, mais pas trop loin non plus (vous voulez être le premier à sortir, tout de même), et désirez un siège qui soit dans le sens de la marche. Ça y est, vous avez déniché le siège parfait. Mais… Tiens, c’est le même qu’hier, qu’avant-hier, et que la semaine dernière. « Les CFF pourraient quand même me réserver ce siège à l’année, tout compte fait, et y ériger une statue de moi! », vous dites-vous alors.

IMG_9481

Parce que voyager quasi tous les jours en train, ça vaut bien une statue. Mais alors une immense, tout en or, avec une médaille autour du cou, au moins! On y côtoie le genre humain dans toute sa splendeur, et toute sa bêtise aussi parfois. Il y a les classico-classiques en costard-cravate-Mac-iPhone-café, les séniors prêts, à 7h du matin, à entamer la randonnée de leur vie, les ados possédant un vocabulaire de 5 mots maximum. Il y a aussi les quadras voulant jouer les stylés en bombardant le lever de soleil pour le poster sur Instagram, les enfants criant tout haut ce que personne n’ose dire, les Drama Queens déballant à tout le wagon leurs derniers déboires sentimentaux. Il y a les étudiants profitant de chaque voyage pour déboucher une bouteille et déclarer un Apéritrain (ok, ceux-là sont top quand ils distribuent des verres), ou encore les geeks pianotant sans relâche sur leur PC sans jamais se laisser perturber. Et enfin, il y a tous les autres, qui, scotchés à leur téléphone, tentent de faire passer tant bien que mal ce trajet interminable, sans pouvoir étendre leurs jambes plus de 30 centimètres.

Le train, c’est pénible pour tout le monde (c’est même carrément relou, comme diraient les ados au vocabulaire de 5 mots). Mais comme pour toutes les choses pénibles, il y a des solutions, promis ! Voilà quelques idées pour vivre pleinement votre voyage sur les rails, sans avoir à le subir (on a dit qu’on restait positif, non?).

1. Se faire le festin du siècle

Avant de grimper dans votre wagon, passez vous acheter un pic-nic de compétition. Siroter un smoothie, piocher dans un paquet de chips ou tartiner du nutella sur des petits pains au lait, ça fait passer le temps!

2. Se mettre à l’aise à la moindre occasion

Dès que la personne d’en face quitte son siège, empressez-vous d’étendre vos pauvres jambes si souvent coincées entre celles de trois autres personnes, pour les placer sur le siège de devant. Pour éviter la remise à l’ordre en demi-suisse-allemand du contrôleur CFF, prenez soin d’enlever vos chaussures ou de poser sagement vos pieds sur du papier journal.

IMG_9494

3. Photographier le paysage

J’avoue, je rejoins très souvent l’activité du quadra mentionné ci-dessus. Si les voyages en train sont loin d’être une partie de plaisir, ils nous permettent d’apercevoir de jolis coins, on ne peut pas leur enlever ça, quand même.

thumb_IMG_2482_1024

4. S’envoyer des épisodes en masse

Les séries, c’est la clé. Elles ont le don, en quelques secondes, de vous faire complètement oublier la situation pas très sympathique dans laquelle vous vous trouvez parfois durant le trajet. Pour rire un peu, choisissez une série avec des images un peu choc (Games of Thrones, c’est pas mal), pour voir si votre voisin, qui regarde 100% du temps votre écran en même temps que vous, arrive toujours à feindre la discrétion ou se laisse choquer. 

5. Essayer tous les effets Snapchat

Vous ne passerez sûrement pas pour la personne la plus saine d’esprit du wagon… Mais finalement, on s’en fiche!

IMG_9522

6. Ecouter les conversations de la Drama Queen…

…en faisant sembler d’écouter sa propre musique. Allez, avouez-le, on le fait tous, n’ayons pas honte. On baisse discrètement le volume de notre liste de lecture parce que la conversation de la voisine nous paraît beaucoup plus divertissante. Et, en général, elle l’est!

7. Se faire une manucure de rêve

Si vous passez pratiquement plus d’heures dans le train que chez vous, autant les utiliser pour vos petits soins personnels! Et tant pis pour le voisin allergique à l’odeur du vernis, il s’en remettra.

IMG_9512

8. Travailler

On entre dans les derniers recours, là. Vous savez comme moi que de se concentrer dans un wagon, c’est vraiment pas facile. Privilégiez un casque hyper isolant ou des boules quies, afin d’optimiser la chose. En arrivant à destination, vous serez fier(e) d’avoir accompli deux grandes choses aujourd’hui: le trajet en train sans trop vous énerver, et l’avancement de vos tâches.

9. Chercher comment s’en sortir sur Google

Tapez « Comment ne pas s’ennuyer dans le train », et vous verrez que Google sera tout de suite à votre écoute. La « littérature » sur le sujet est étonnamment abondante.

IMG_9552

10. Piquer l’idée du groupe Apéritrain

Emportez une bouteille de rouge et partagez-la avec vos voisins. On parie que ces gens que vous avez depuis toujours stéréotypés sont, au fond, comme vous et pas bien méchants.  Au final, dans ces trains, chacun fait ce qu’il peut pour faire passer le temps. Alors autant se regrouper!

Agathe