Se mettre au naturel… petit à petit

picture nature.jpg

Il y a encore quelques mois, je faisais partie de celles que l’argument « naturel » ne préoccupe pas le moins du monde. Tant qu’une crème fonctionnait, la question de sa composition n’effleurait même pas mon esprit. Alors que la cosmétique naturelle était sur toutes les lèvres, en haut de toutes les pages et sur tous les écrans, je m’obstinais à ne pas en tenir compte. Dire que je n’étais pas un exemple à suivre serait un sacré euphémisme…

Le moment de vérité survint un samedi matin. Après avoir lu un article plutôt véhément à propos des substances nocives qui se cachent dans nos produits de beauté, je saisis le premier pot de crème hydratante qui se trouvait à portée de main. Et à l’arrière du flacon, en lettres microscopiques, se dressait une longue liste plutôt inquiétante: « Ethylparaben », « Phenoxyéthanol », « Methylpropional »... tant de noms diaboliques que j’aurais été moins étonnée de trouver dans le Laboratoire de Dexter que dans ma salle de bains; une abondance de « x »? Ahem, pas la plus rassurante des lettres de l’alphabet… Une petite recherche Google plus tard, j’étais fixée sur leur nocivité, et d’autant plus inquiète.

Le déclic tant attendu…

Je réalisai soudain – non sans froncement de nez – que j’appliquais quotidiennement ces   substances innommables sur ma peau et qu’elles faisaient ainsi irruption dans mon corps.  Car cette peau que nous tenons tant à chouchouter n’est pas un mur hermétique, une toile vierge qui n’absorbe rien; il s’agit plutôt d’une grande éponge perméable un peu trop gentille qui accueille dans notre organisme toutes les cochonneries chimiques. En d’autres termes, je n’avais absolument aucune idée de ce que j’utilisais. Que nous dirait Mère Nature en nous voyant choisir nos produits de beauté? « Tu es folle, ma pauvre! Je pourvois cette planète de tout ce dont tu as besoin pour prendre soin de ton corps, et toi tu renies mon travail pour t’offrir ce concentré de chimie imprononçable!? » Et elle n’a pas tort.

Mais je ne me vois pas me laver les cheveux à l’aide d’un oeuf non plus! Je ne pense pas que je cesserai complètement d’acheter des produits qui contiennent quelques substances potentiellement nocives ou que je commencerai à manger des graines. (N’exagérons point.) Par contre, je me suis sensibilisée à un bon nombre d’éléments. Progressivement, pas à pas, je me suis mise à réfléchir à ce que j’achetais et à révolutionner le contenu de ma salle de bains. La composition d’un produit, ainsi que l’absence de tests sur les animaux prend de plus en plus d’importance. Aussi lis-je presque toujours la liste des composants et me suis promis de bannir les noms que je n’arrive pas à prononcer du premier coup. (Adieu, Methylpropional!)

Se lancer dans un mode de vie plus naturel ne doit pas forcément prendre des allures de bouleversement. Il suffit peut-être d’adopter quelques gestes plus sains, de se documenter sur le sujet  et de faire plus attention à ce qu’on utilise. C’est déjà pas mal, non? Voici donc quelques marques, quelques liens et quelques idées qui me poussent, chaque jour davantage, vers un style de vie plus naturel – avec modération.

Dans la salle de bains ☘

DSC04314

Le premier soin que j’ai ressenti le besoin de remplacer est celui des lèvres. Penser qu’une petite quantité de baume à lèvres se retrouve malgré nous dans notre bouche (yuck) m’a immédiatement fait réagir. Et comme pour m’encourager dans cette voie, certains supermarchés suisses se sont mis à vendre des produits Burt’s Bees. Il s’agit d’une marque américaine dont j’apprécie vraiment l’éthique et dont les produits m’ont rapidement séduite. Les baumes à lèvres sont particulièrement efficaces; mes préférés sont ceux au miel et au pamplemousse. Le gel douche énergisant au gingembre et aux agrumes est également devenu un indispensable du printemps. Ouh là la, par contre, il n’est que 99,3% naturel… Bon, on lui pardonnera.

DSC04317

Et dès qu’il s’agit de cosmétiques naturels, comment ne pas parler de LUSH? (c’est une véritable obsession…) J’utilise quotidiennement la crème hydratante à rincer sous la douche, Rosa Lisa.  Un vrai « après-shampooing pour le corps », comme me l’a si bien expliqué la vendeuse. Les bienfaits hydratants sont incontestables, mais il laisse un léger film gras sur la peau après le rinçage, lequel ne pourrait pas plaire à tout le monde. Lors de votre shopping chez Lush, n’oubliez pas de scruter les pots à la recherche des petits icônes « vegan » et du pourcentage de composants naturels, qui varient selon les produits: tout est écrit dessus.

Très récemment, une amie experte en produits bio m’a fait découvrir la gamme Naturaline by Coop. J’ai testé un baume à lèvres, ainsi qu’une crème hydratante à la bergamote et à la poire. Si vous craignez que vos bonnes résolutions ne fassent gémir votre porte-monnaie, cette marque est faite pour vous! Son prix est plus que doux et l’efficacité de la gamme est tout à fait satisfaisante. Les parfums ne me plaisent pas tant que ça, je les trouve un peu entêtants; mais je me redirigerai très certainement vers ce rayon lors de mes prochaines courses.

DSC04322

À présent, parlons déodorant. Car oui, nous sommes des êtres humains et les humains transpirent. Il y a bien longtemps que les effets nocifs de ses composantes ont été révélés avec fracas. En théorie, nous savons toutes qu’il vaut mieux fuir à toutes jambes les anti-transpirants qui contiennent de l’aluminium; mais la crainte de dégager une odeur désagréable semble résonner plus fort que tout autre avertissement. On dirait bien que nous associons produits chimiques et efficacité…  Je me suis donc lancée à la recherche d’un déodorant sans aluminium qui tient ses promesses. Weleda, une marque suisse de soins issus de la nature, a presque immédiatement volé à mon secours. Après plusieurs semaines d’utilisation – au début desquelles il m’arrivait de me humer avec anxiété – je peux vous assurer que ce déodorant fonctionne. (J’avoue que lorsque je m’adonne à un long jogging, je cède encore de temps en temps à Rexona… Mais j’ai bien dit « de temps en temps »!)

DSC04329

Pour terminer, je citerai encore les marques L’Occitane en Provence et L’Alpage, dont nous avons déjà souvent parlé sur Evasions. Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à consulter nos anciens articles ici, et ici. Et si la marque Lush vous intéresse également, toutes nos revues se trouvent ici. ♥

DSC04333
Baume multi-usage 100% Beurre de karité de L’Occitane en Provence et Sérum Peeling Riveralp de L’Alpage

La Youtubeuse britannique Niomi Smart est une réelle source d’inspiration pour tout ce qui concerne la beauté naturelle:

 

Dans la cuisine ☘

DSC04338

Manger des graines (façon de parler), ce n’est pas vraiment mon truc… Aussi suis-je simplement incapable de concevoir une vie sans gluten ou sans sucre. Par contre, j’ai réalisé que certains petits réflexes tout simples à adopter progressivement et quotidiennement dans la cuisine peuvent assainir un mode de vie en quelques jours.

Pour commencer tout en douceur, je me suis munie de quelques indispensables issus de l’agriculture biologique. Je pense notamment aux flocons d’avoine, à l’huile de coco (incroyable pour l’hydratation des cheveux, la veille du shampooing, d’ailleurs), au lait ou au lait d’amande,  à la farine, aux fruits, au beurre de cacahuète, aux oeufs, au gingembre, au chocolat noir et aux céréales… Tous ces petits ingrédients dont on se sert au quotidien peuvent se trouver au rayon bio de votre supermarché – et ils ont fait la différence sans faire souffrir mon budget. Personnellement, je virevolte toujours aussi volontiers vers une assiette de frites. Je me dis seulement que quitte à manger une courgette, autant qu’elle soit bio.

Par ailleurs, il est également conseillé de supprimer complètement les boissons sucrées comme le Coca ou le thé froid, de s’offrir un blender ou un juicer, afin de préparer nos propres jus de fruits, et de ne se permettre un excès de sucre qu’une (ou deux…ou trois?) fois par mois seulement. Ce sont quelques idées qui fonctionnent très bien pour moi; sans vous mentir, après deux mois sans thé froid, je n’en ai même plus envie. Step by step, brick by brick… 

Et dès qu’il s’agit de cuisine bio, Niomi Smart reste ma gourou préférée:

Dans la tête ☘

DSC03999

Pour commencer, outre ces petits gestes quotidiens, qu’ils soient cosmétiques ou culinaires, je me suis aussi débarrassée de quelques idées reçues.

Nous avons parfois tendance à penser que ce qui est naturel est forcément très onéreux. Ce n’est pas toujours vrai; lorsque l’on cherche des marques clémentes avec notre budget et naturelles quand même, on en trouve toujours quelques-unes: Naturaline, par exemple!

Je pensais également que le jour où je me mettrais aux cosmétiques naturels, je devrais jeter les deux tiers de ce qui se trouvait dans ma salle de bains à la poubelle. Néanmoins, la progression se révèle douce, mais efficace: j’ai eu le temps de terminer les produits que je ne compte plus acheter et me suis mise à les remplacer progressivement par des marques plus naturelles.

Et enfin, il a fallu prendre conscience du greenwashing, une stratégie de marketing qui consiste à donner à l’emballage l’apparence suggestive d’une composition « naturelle », alors que le contenant n’est pas sain du tout. En d’autres termes, ce n’est pas parce qu’un pot de crème hydratante (ou un pot de yaourt) est parsemé de vert que le produit qu’il contient est naturel. J’essaie toujours de lire la liste des ingrédients avant de déposer quelque chose dans mon caddie.

Bon, je dis tout ça, mais à côté de mon ordinateur se trouve en ce moment même un sachet de bonbons déjà bien entamé… Tant pis pour cette fois; je ne suis qu’humaine.

Ellen