Shopping list: 50 modèles de chaussures (plates !) pour l’été

13617523_1823809184508827_713782160_n

« Demain les filles, c’est journée talons ! » Après les journées mondiales de la femme, de la jupe voire même du reggae – c’était le 1er juillet, pour les adeptes – mes très estimées collègues et moi-même avons décidé de marquer l’Histoire en instaurant – entre deux pauses café – la journée intercantonale des talons. Pleinement consciente de la portée symbolique de cette action, c’est avec beaucoup de sérieux et un engouement non dissimulé que j’ai accueilli mon ordre de mission et décidé d’apporter ma pierre à l’édifice. Je m’y voyais déjà, perchée sur des talons de dix centimètres, en train de braver avec dignité, grâce et volupté, les rudesses de la ville, à la Carrie Bradshaw dans Sex and the City. Seul bémol, Sex and the City est une fiction et moi, je ne suis pas Carrie Bradshaw. Il aura donc suffi de quelques mètres sur un chemin pentu – digne d’un slalom géant à Kitzbühel, je précise quand même – pour réduire à néant mes rêves, mes chevilles et surtout mon amour propre. Moralité de l’histoire, une paire de ballerines achetée à la va-vite à la pause, et un constat lourd de sens: ma rédemption passera par la chaussure plate. Et comme le monde de la mode est merveilleux, il s’avère que c’est justement LA tendance de cet été. On oublie alors les silhouettes élancées pour privilégier le confort de nos pieds bien aimés. Les talons hauts n’ont qu’à bien se tenir car si le Brexit en a étonné plus d’un, le talOUT, lui, fera un malheur !

Les sandales

Cet été, vos pieds seront définitivement ancrés dans le sol, au contact de mère nature et du bitume. Quoi de mieux alors que la chaussure estivale par excellence: the sandale. Mais attention, si Karl Lagerfeld est unique, les sandales, elles, sont multiples. Et cet été, il faudra miser sur le bon (é)talon.
Pour les prudentes – ou les fans déchues de « Sous le soleil » – on opte pour les sandales dites tropéziennes. Créée par Dominique Rondini en 1927 à Saint-Tropez, alors petite ville de pêcheurs, la sandale demeure jusqu’à aujourd’hui un véritable emblème de l’artisanat local. Popularisée dans les années huitante grâce à la marque « Les Tropéziennes par M.Belarbi », la sandale se veut classique avec ses lanières en cuir, mais peut s’avérer carrément branchée en gris métallisé. Bref, une valeur sûre, l’agence tous risques de la godasse. Pour les plus téméraires, vous pourrez toutefois opter pour les spartiates avec de fines lanières, style Jules César à Time Square, mais surtout, vous pourrez compter sur les nouvelles venues de cette année, les sandales à large semelle. Rester à plat tout en prenant de la hauteur, tel pourrait être le crédo de ces sandales 2.0. Repérées lors des défilés d’Alexander Wang, de Chanel, de Burberry, de Fendi, de Victoria Beckham ou encore de Paul Smith, elles sont incontournables cette saison. Une fois n’est pas coutume, la sandale sera donc indispensable cet été. Pour tous les goûts et tous les terrains, vous ne pourrez pas déambuler sans…sandales.

Les baskets

Après la traditionnelle sandale, ce sont les non moins traditionnelles baskets qui sont à l’honneur cet été. Mais attention, là encore, toutes les baskets ne se valent pas. D’ailleurs on ne parle même plus de baskets – tellement oldschool – mais de sneakers. Ne vous y trompez toutefois pas, si les termes changent, les modèles, eux, offrent une allure résolument nineties, comme un air de déjà vu. Les emblématiques « Stan Smith » d’Adidas, les  « Superstar », les « Air force » de Nike, les Converses « Chuck taylor all star », autant de doux noms que les moins de 20 ans ne peuvent bientôt plus connaître, mais qui provoquent chez beaucoup d’entre nous comme un vent de nostalgie – n’allez pas dire le contraire. Les années nonante c’était Claudia, Kate et Naomi aux sommets des podiums, Larusso au sommet de sa gloire et les Spice Girls au sommet de leur art, bref le bon vieux temps, comment l’oublier ? Heureusement pour nous, Marc Jacobs, Alexander Wang ou encore DKNY n’ont eux non plus pas oublié ce temps béni et nous offrent aujourd’hui un revival, en réhabilitant les baskets mythiques des nineties. Seule condition, on préfère les modèles blancs immaculés, pastels ou encore métallisés. Et pour la touche 21ème siècle, on oublie les lacets et on se facilite la vie en optant pour des scratchs… Ou alors on craque pour une paire de « slip on », ces baskets faciles à enfiler, modèle emblématique de la marque Vans. Bref, cet été, les baskets c’est le pied ! … Ah et j’oubliais, pour les passionnées, 12 bloggeuses françaises ont récemment créé « la bande en sneakers », un nouveau blog entièrement consacré aux sneakers.

Les « omnis »

On connaissait les « ovnis », ces objets volants non identifiés – il doit y avoir un « C’est pas sorcier » sur le sujet non ? – mais cet été, les modeuses dament le pion aux astrophysiciens grâce aux « omnis » ; les objets marchants non identifiés, j’ai nommé, les mules. Celles que l’on appelle communément des « schlaps » sont en effet partout cette saison, de Victoria Beckham à Gucci en passant par Balenciaga ou encore Alexander Wang, on oublie les chaussures sophistiquées pour la sim-pli-ci-té. Tantôt babouches, tantôt « Birkenstock », la mule revient en force. « Plus jamais ringarde » pourrait être son slogan.
Et s’il est vrai que les « Birkenstocks » sont longtemps restées le seul must have des touristes allemands – mit Socken bitte ! – elles entendent aujourd’hui gagner le cœur et les pieds de la planète mode. Remises au goût du jour par Narciso Rodriguez et Paco Rabanne à la fin des années nonante, les « Birkenstock », du nom de leur créateur Konrad Birkenstock, ont dû attendre près de vingt ans pour être enfin érigées au rang de it-shoes – un peu comme l’équipe de France de 1998. Bref, plus que jamais les « Birkenstock » sont « in », eh oui, c’est aussi ça la magie de la mode. Et si vous n’êtes toujours pas convaincues et que vous préférez de loin le couscous à la « Currywurst » – les clichés ont la vie dure – rassurez-vous, vous pourrez toujours vous rabattre sur l’omni par excellence cette saison: la babouche. Phoebe Philo chez Céline ou encore Acne Studio ont osé transposer dans notre garde-robe ce best-seller des souks marocains. Loin des idées reçues, la babouche se veut sobre, classique, aux lignes épurées. Bref, vous l’aurez compris, cet été on sort des sentiers battus, mais gare au hors piste !

Les espadrilles

Last but not least, l’espadrille. Classique parmi les classiques, l’espadrille nous vient tout droit du pays basque – elle daterait même du 13ème siècle. A leur seule évocation, les cigales, le pastis – l’abus d’alcool est dangereux pour la santé – la pétanque et même la douce voix de Cyril Lignac vous apparaissent comme par enchantement. Et alors qu’on se croirait dans une pub pour « Cantadou » – l’abus de télévision est aussi dangereux pour la santé – la planète mode nous rappelle à l’ordre. On ne badine pas avec l’espadrille ! Rappelons tout de même que c’est Yves Saint Laurent en personne qui redonna à cette chaussure ses lettres de noblesse en y ajoutant un talon dans les années soixante. Rien que ça ! Depuis, on l’apprécie sous toutes ses formes et cet été encore, on l’adore, à condition qu’elle soit ajourée, à lacets ou en cuir. Une version plus sophistiquée de l’espadrille qui ravira les adeptes du triple « C » – classe, chic et confortable. Et si les espadrilles devenaient vos nouvelles Louboutins ?

Hannah

Sources des images: spartoo.com / zalando.ch / asos.fr / hm.com / shop.mango.com / sarenza.ch / laredoute.ch